Accueil  /  À propos de nous   /   Nouvelles

Semaine Éducation Médias: Les trois étapes critiques de “Défi Programmation”

novembre 07, 2018


“Défi Programmation” est le titre du programme offert par Partenariat en Éducation, mettant en vedette le logiciel Scratch que les élèves utilisent afin de créer des jeux vidéo d’arcade.  Il va sans dire que la programmation est le défi primordial, mais à vrai dire, il y a trois grandes étapes, et elles sont toutes aussi importantes les unes que les autres.

Le premier enjeu est celui de la recherche et il a deux volets.  Le premier est d'insister sur la recherche en français malgré un magnétisme des jeunes vers des sites en anglais.  Heureusement, en 2018 le manque d’information dans la langue de Molière n’est plus un problème.  Le deuxième volet de cette première étape est le besoin d'inculquer chez les jeunes un esprit critique pour tout ce qu’ils lisent en ligne. 
 
 

Justement, cette année le thème d’Éducation Médias cible le besoin de questionner la véracité et l'authenticité des informations trouvées sur le web. (appelés par E.M. “fait ou faux”).  Nous aussi, dans nos démarches, encourageons les jeunes de regarder attentivement la source des informations et de se poser une série de questions sur chaque site visité.   Ce n’est pas une chose facile pour des jeunes de 9 à 11 ans, mais il vaut mieux développer cette habitude chez eux dès un jeune âge.

La deuxième grande étape entoure la conception graphique du jeu à partir des informations recherchées sur le sujet.  Il est primordial que les élèves se posent des questions au fur et à mesure qu’ils conçoivent le jeu.  Voici quelques exemples de questions:  Quels apprentissages veut-on transmettre à nos amis et aux jeunes?    En jouant le jeu vidéo, quel message veut-on véhiculer?  Comment créer un jeu qui est avant tout éducatif?  Comment développer un jeu vidéo présentant des difficultés dans un ordre croissant?  Que faut-il faire pour garder les joueurs rivés au jeu?
 
 
La troisième étape critique de “Défi Programmation” se trouve en effet dans le codage du jeu avec le logiciel Scratch.  Grâce aux 15 habiletés acquises avec les leçons de Partenariat en Éducation, les élèves auront déjà maîtrisé un bon nombre de compétences.  Cependant, assez souvent, les jeunes spécialistes de programmation se sentent dépassés par la complexité de leur jeu.  Pourquoi veulent-ils créer des jeux si complexes?  Tout simplement, les jeunes codeurs sont souvent dotés d’une imagination très riche et possèdent un puits de créativité sans fond.  Ce phénomène jumelé avec de nombreuses expériences devant les écrans de jeux vidéo servent de catalyseurs pour créer des jeux qui dépassent leurs capacités de jeunes codeurs.  Que faire alors?  Une possibilité est de demander aux jeunes de préparer un tableau incluant dans la colonne de gauche des lutins (personnages), des arrière-plans et des variables qui feront partie du jeu. Pour les rangées, il faut décrire trois choses:  le rôle ou l’action du lutin ou de la variable; la couleur des blocs nécessaires pour compléter cette action; les conséquences des actions sur d’autres lutins.  Ce processus réduira ainsi l’écart entre leurs idées fécondes et la construction du jeu vidéo.

Effectivement, les élèves de 4e, 5e et 6e se montrent motivés et enthousiastes pour surmonter ces trois étapes critiques et pour produire des jeux éducatifs, stimulants et ahurissants.